L’expression avant tout

L’art de Marie pourrait se résumer à cela.

Que ses œuvres représentent des personnages « réels » (crédibles dans leur apparence humaine) ou au contraire des personnages presque abstraits, voire « partiels », s’éloignant de toute réalité physique, ce qui frappe dès le premier regard c’est leur expressivité.

L’éclat de rire est saisissant de vérité et nous entraîne à sourire nous-mêmes.

Les corps tronqués, sans bras, suggèrent l’étreinte. Le bonheur transpire de cet enlacement fraternel…

Nul besoin que les yeux soient représentés pour nous faire saisir la tendresse ou l’intensité d’un regard.

Et ces visages que l’on pourrait qualifier de « difformes » expriment avec une telle évidence l’étonnement, la colère, la tristesse ou la bêtise que leur forme elle-même apparaît très secondaire.

Là est la quête constante de l’artiste : loin de chercher à restituer ses modèles de manière académique, elle s’attache au contraire à façonner la terre, matière sensuelle s’il en est, à la recherche de l’émotion pure, de l’expression juste, du sentiment.

L’art de Marie pourrait se résumer à cela.

Que ses œuvres représentent des personnages « réels » (crédibles dans leur apparence humaine) ou au contraire des personnages presque abstraits, voire « partiels », s’éloignant de toute réalité physique, ce qui frappe dès le premier regard c’est leur expressivité.

L’éclat de rire est saisissant de vérité et nous entraîne à sourire nous-mêmes.

Les corps tronqués, sans bras, suggèrent l’étreinte. Le bonheur transpire de cet enlacement fraternel…

Nul besoin que les yeux soient représentés pour nous faire saisir la tendresse ou l’intensité d’un regard.

Et ces visages que l’on pourrait qualifier de « difformes » expriment avec une telle évidence l’étonnement, la colère, la tristesse ou la bêtise que leur forme elle-même apparaît très secondaire.

Là est la quête constante de l’artiste : loin de chercher à restituer ses modèles de manière académique, elle s’attache au contraire à façonner la terre, matière sensuelle s’il en est, à la recherche de l’émotion pure, de l’expression juste, du sentiment.

Marie Cayrol-de Gaulle a un parcours artistique assez atypique : après 15 ans de peinture sur porcelaine, puis de restauration de faïences anciennes, elle s’oriente vers le modelage sur terre, passant ainsi avec bonheur de l’aplat au volume.

Son travail en atelier, initialement inspiré de modèles vivants, a progressivement évolué vers la recherche du rendu des expressions humaines, des corps mais surtout des visages.

Son sens de l’observation trouve ainsi parfaitement à s’exprimer au travers de ses travaux, même si sa recherche des expressions la conduit parfois à pousser certaines de ses œuvres aux limites de l’abstraction voire de la caricature.

Elle travaille dans son atelier de Puyricard (Aix-en-Provence). Ses œuvres se retrouvent dans des collections privées à Aix-en-Provence, Paris, Lyon, Toulouse, Bordeaux, Lille, Avignon, Bruxelles,…

Marie Cayrol-de Gaulle a un parcours artistique assez atypique : après 15 ans de peinture sur porcelaine, puis de restauration de faïences anciennes, elle s’oriente vers le modelage sur terre, passant ainsi avec bonheur de l’aplat au volume.

Son travail en atelier, initialement inspiré de modèles vivants, a progressivement évolué vers la recherche du rendu des expressions humaines, des corps mais surtout des visages.

Son sens de l’observation trouve ainsi parfaitement à s’exprimer au travers de ses travaux, même si sa recherche des expressions la conduit parfois à pousser certaines de ses œuvres aux limites de l’abstraction voire de la caricature.

Elle travaille dans son atelier de Puyricard (Aix-en-Provence). Ses œuvres se retrouvent dans des collections privées à Aix-en-Provence, Paris, Lyon, Toulouse, Bordeaux, Lille, Avignon, Bruxelles,…

La série chinoise «  Avec accessoires »

Arrivée en Chine à l’automne 2012, elle a attendu plus d’un an avant de pouvoir se remettre au travail dans cet environnement nouveau et un peu déroutant, soucieuse de restituer, dans ses œuvres « chinoises », les sensations éprouvées au contact de la foule chinoise, grouillante et affairée, gaie, bruyante et exubérante.

Ainsi est née, dans son atelier provisoire de Shanghai, sa série de sculptures « avec accessoires ». Cette douzaine de « têtes » (dont 10 ont été tirées en bronze à ce jour) constitue une sorte de condensé de ses rencontres au hasard des rues et de la campagne chinoise.

Les visages rencontrés ne constituent qu’un point de départ à son travail, son imagination la guidant ensuite jusqu’au moment où l’œuvre prend « son autonomie » en déclenchant chez elle-même le sourire, voire le rire, ce qui est alors le signe que l’équilibre recherché est atteint.

Arrivée en Chine à l’automne 2012, elle a attendu plus d’un an avant de pouvoir se remettre au travail dans cet environnement nouveau et un peu déroutant, soucieuse de restituer, dans ses œuvres « chinoises », les sensations éprouvées au contact de la foule chinoise, grouillante et affairée, gaie, bruyante et exubérante.

Ainsi est née, dans son atelier provisoire de Shanghai, sa série de sculptures « avec accessoires ». Cette douzaine de « têtes » (dont 10 ont été tirées en bronze à ce jour) constitue une sorte de condensé de ses rencontres au hasard des rues et de la campagne chinoise.

Les visages rencontrés ne constituent qu’un point de départ à son travail, son imagination la guidant ensuite jusqu’au moment où l’œuvre prend « son autonomie » en déclenchant chez elle-même le sourire, voire le rire, ce qui est alors le signe que l’équilibre recherché est atteint.

Expositions

2007 : Calas (en groupe)

2008 : Château de Bouc-Bel-Air (en groupe), Château de Cabriès (en groupe)

2009 : Château de Cabriès (en groupe)

Juin 2009 : Aix en Provence, Galerie 4 septembre

Novembre 2010 : Toulouse, Galerie Il était une fois

2011 : Aix en Provence, Galerie du 4 septembre

Mars 2015 : Shanghai

Avril 2015 : Hong-Kong

Juillet 2016 : Gardanne, La Maison

2007 : Calas (en groupe)

2008 : Château de Bouc-Bel-Air (en groupe), Château de Cabriès (en groupe)

2009 : Château de Cabriès (en groupe)

Juin 2009 : Aix en Provence, Galerie 4 septembre

Novembre 2010 : Toulouse, Galerie Il était une fois

2011 : Aix en Provence, Galerie du 4 septembre

Mars 2015 : Shanghai

Avril 2015 : Hong-Kong

Juillet 2016 : Gardanne, La Maison